tshirt

Test: Haut manches longues en laine mérinos d’IceBreaker

L’une de nos testeuses s’est penchée sur l’un des produits d’une nouvelle marque récemment apparue chez i-Run ! On vous l’a présenté : la marque ICEBREAKER. C’est le haut manches longues en laine mérinos qui a été testé pour vous et dont nous publions le retour ici aujourd’hui.
test-icebreaker-1 Ce haut manches longues avec laine mérinos de chez Icebreaker est ajustée, de coupe féminine et d’une jolie couleur bleue pour celui que je teste (réf glacier ). L’ouverture du col se fait par demi-zip long et bien protégé n’occasionnant aucune gêne même pour celles qui veulent le fermer complètement. Coutures asymétriques plates sans risque d’irritation, et pan arrière plus long pour une meilleure protection. Les manches sont équipées de passe-pouce, un plus pour celles qui aiment. Présence d’une poche à l’envers dans le bas du dos dont je n’ai pas compris l’utilité.

J’ai testé la taille M (je mesure 1,65 m pour 61 kg), la taille est correcte. D’un poids très léger et d’apparence confortable ce vêtement vous donne envie de l’enfiler. Petit bémol, porté à même la peau, la laine contenue dans le tissu provoque une sensation inhabituelle qui peut gêner au premier abord ; cette sensation s’atténue rapidement sans disparaître complètement malgré tout pour mon cas.

Image

Pour ma 1ère sortie la température extérieure avoisinait les 10°C mais il soufflait un vent frisquet et j’avoue eu du mal à me réchauffer car avec en seconde couche une simple jaquette sans manche fluo pour être vue, la protection contre le vent s’est avérée insuffisante générant une sensation de froid, et toujours à certains endroits du corps, surtout le dos et les bras, cette surprenante impression de gratouillis (après le 1er lavage la sensation de gratouillis s’est sensiblement atténuée).

Image

Lors de ma deuxième sortie, pour plus de confort, j’ai enfilé un débardeur en fibres synthétiques en première couche, de manière 1- à ma prémunir des gratouillis, 2- à mieux me protéger du vent. Ce jour là il tombait une petite pluie fine mais drue. Constat : de par la qualité hydrophile de la laine ce vêtement conserve l’humidité ; néanmoins la pluie m’a parue moins gênante que le vent ; il parait que la laine est encore plus isolante quand elle est mouillée ! comme elle sèche très lentement, paradoxalement en vous déshabillant, vous ôtez un vêtement mouillé mais qui vous tient chaud.

test icebreaker-3

En rajoutant une couche supplémentaire « windstopper » en plus du vêtement 1ère peau en fibres synthétiques, on obtient le bon compromis mais il convient que la température extérieure s’y prête, car lors de mon test à +10° j’ai eu un peu chaud. Le plus : après ces trois sorties sans lavage, malgré une bonne dose de transpiration, contrairement à d’autres vêtements, celui-ci ne dégageait pas de mauvaises odeurs, une fois sec, j’ai pu le reporter sans problème. Après lavage en machine à 30° cycle synthétique, malgré mes craintes liées à la présence de laine, le vêtement s’est bien comporté et a gardé son aspect neuf sans rétrécir. Je n’ai pas testé le sèche linge. »

Pour ma part, je pense que c’est le haut essentiel à tout runner qui se respecte, et c’est pourquoi j’y accorde la note de 8/10.

Clément Darolles.