saucony

Test: la Saucony Guide 7

Saucony Guide 7

 

Laisse-toi guider …

Il y a des marques dont tu entends toujours beaucoup de bien mais que tu n’as encore eu l’occasion d’essayer. Saucony en faisait partie jusqu’à cette paire de Guide 7.

Depuis un moment, je suis à la recherche d’une paire idéale pour la préparation d’un marathon. Mais quelles qualités définissent la paire de chaussures de running idéale d’ailleurs ? Cela peut sembler tellement subjectif…

Image

Les 4 qualités que je recherche

Dans un soulier, on peut quand même trouver des dénominateurs communs aux sensations recherchées pour préparer 42 km 195 dans de bonnes conditions.

1/ Préparer un marathon signifie obligatoirement accumuler beaucoup de kilomètres, donc porter souvent ses chaussures. Importance du confort => Saucony Guide 7 ? Validé

2/ Préparer un marathon forcément, c’est avoir mal aux jambes et donc adopter une foulée en fin de sortie qui s’affaisse. Petit renfort pronation => Saucony Guide 7 ? Validé

3/ Préparer un marathon inévitablement demande de progresser sur ses allures. Donc courir vite parfois.Importance du dynamisme => Saucony Guide 7 ? Validé

4/ Préparer un marathon nécessite de peaufiner les détails. Donc courir avec des chaussures ni trop lourdes, ni trop légères. Des chaussures qui doivent peser le juste poids (pour moi, ce poids se situe entre 275 et 300 g en taille 43) => Saucony Guide 7 ? Validé

 

L’évidence est là, je veux tester les Saucony Guide 7 !

 

Saucony Guide 7 dans l’action

Quelle bonne surprise en sortant les Guide7 de leur boîte ! Comparativement à d’autres modèles de marques plus dépouillés, on a l’impression que ces Saucony sont lourdes. En effet, à première vue : pas mal de structure, de coutures et de matière sous la semelle. Et bien détrompez-vous ! Elles sont surprenantes de légèreté pour une chaussure de cette catégorie. Une fois au pied, c’est le « confort américain » qui domine. Vous savez comme la bonne moquette bien épaisse qui va avec le kingsize bed dessus ! J’ai très envie d’en découdre pour savoir comment elles vont se comporter dans le feu de l’action.

photo 2 (5)

Je commence par le classique footing sur mes lieux habituels, la route et les chemins durs du bois de Vincennes. Immédiatement, je sens que l’amorti sur l’avant du pied est très agréable, soutenant et en même temps permettant un excellent déroulé de pied grâce à ses 5 encoches. Je ressens à peine que le drop est ici tombé à 8 mm par rapport aux 12-14 que j’utilise habituellement. C’est peut-être le drop idéal. Ni trop faible, ni trop élevé. Le son au sol est tout de même assez sec, procuré par la bi-densité du renfort à l’intérieur du pied. Cela présage en outre d’une bonne évolution à une vitesse supérieure, car la semelle « travaille » et donne envie au pied de s’exprimer. Autrement dit, ce n’est pas la chaussure qui va étouffer l’énergie que vous lui soumettez.

 Image

On varie la vitesse

Autre entraînement, donc autre mode de course pour évoluer vers des allures seuil et / ou marathon, soit 16-17 km/h. Les Saucony Guide7 ne bronchent pas. Super sécurisantes. Restent dans l’axe vers lequel tu les envoies. Ce ne sont pas les chaussures idéales pour une séance VMA à plus de 20 km/h, mais en dessous elles réagissent vraiment bien.

Il me reste à les éprouver sur la sortie longue de plus de 2 heures, et la récup qui s’en suit… Aucune déformation à la longue. La bi-densité et l’arche jouent pleinement leurs rôles. Rappelez-moi le nom de ce modèle ?! D’ailleurs, mes douleurs musculaires se font bien plus oublier qu’avec des chaussures plus profilées pour la compète. Les Guide7 se révèlent excellentes pour aligner des bornes et des bornes durant les 10 semaines du plan.

 Image

L’unique bémol des Saucony Guide 7

Le seul petit reproche que j’arriverais à faire à ces Saucony réside dans leur esthétisme. Ce n’est pas le modèle le plus glamour que j’ai porté, je les trouve assez chargées en empiècements, coutures, détails flashy…, des détails qui ne figurent pas parmi les tendances plus épurées avec des empiècements plutôt thermocollés que j’aime actuellement. En revanche, je ne saurais parler d’usure n’ayant pas accumulé assez de kilomètres. La centaine alignée, je ne vois pas de trace d’usure prématurée.

 Image

A qui les destiner ?

Ces chaussures sont parfaites pour un homme oscillant entre 60 et 85 kg, avec une largeur du pied dans la moyenne, éventuellement une petite tendance pronatrice sans excès ; elles conviendront également à quelqu’un voulant une chaussure évitant les affaissements de fatigue du pied. C’est une paire sécurisante mais dynamique, pour un coureur qui se préoccupe davantage de la qualité de ce qu’il a au pied que de son apparence. Après avoir été « guidé », j’ai pour ma part très envie de poursuivre mes cours d’initiation Saucony afin de transformer tout ça en compétition, chaussé des Mirage 4 dont j’entends le plus grand bien.

 Image

Caractéristiques :

Type de pied : Universel / Pronateur
Pratique : Entraînement / Compétition
Sol : Route / Chemin
Poids de la chaussure : 285 g
Poids du coureur : 60-85 kg.

 

Pour ma part, je mets la note de 8,5/10, ce sont des chaussures vraiment faites pour le runner, mais le seul bémol étant l’esthétisme des chaussures, dont les couleurs laissent à désirer.

 

Clément Darolles.